Les aménagements scolaires pour les dyslexiques

Les aménagements scolaires pour les dyslexiques

L'éducation nationale porte de plus en plus attention aux populations d'élèves atteints d'un handicap qui entrave l'apprentissage, qu'il s'agisse des dys ou autre. Cela dit, les aménagements scolaires pour les dyslexiques dépendent également des initiatives des écoles et des enseignant(e)s. Sur le terrain, ceux-ci ont davantage d'impact que toute mesure prise au niveau politique. D'où l'importance de sensibiliser le corps enseignant aux difficultés rencontrées par les dyslexiques, ainsi que les mesures que l'on peut prendre pour les aider.

Si vous êtes professeur(e), voici une liste de dispositions qui permettront à vos élèves dyslexiques d'apprendre et de progresser plus rapidement.

Aménagements pour les dyslexiques durant les cours

Voici une liste non exhaustive des aménagements scolaires en cours qui amélioreront l'apprentissage et la confiance en soi des élèves dys :

  • Remise de notes dactylographiées : afin de garantir que tous les enfants disposent du contenu enseigné en classe.
  • Autorisation de l'ordinateur : si l'étudiant est en âge d'utiliser un ordinateur, celui-ci l'aidera à améliorer la qualité de ses notes, leur structure. Il pourra également les compléter plus facilement après les cours, peut-être avec l'aide d'un(e) camarade. En général, tout ce qui aide l'élève sans avoir des conséquences trop perturbatrices pour le reste de la classe devrait être autorisé.
  • Création d'un espace rassurant : il n'y a rien de pire pour un enfant dyslexique que de voir ses lacunes être étalées devant toute la classe. Il faut donc le ménager. Par exemple, ne pas le forcer à lire à haute voix.
  • Autorisation des sorties pour les rendez-vous d'orthophonie.

Aménagements scolaires durant les interrogations

Pour un enfant dyslexique, les interrogations représentent souvent des moments d'angoisse. Voici des aménagements scolaires qui mettront en place un cadre plus favorable à l'apprentissage et à la performance :

  • Lecture des consignes : cela lui permettra de mieux comprendre ce que l'on attend de lui, et donc d'améliorer ses performances
  • Délai supplémentaire durant les interrogations : vu qu'un enfant dyslexique lit et écrit plus lentement, allonger le délai prévu permet de niveler la difficulté. Mieux encore, offrez-lui la possibilité d'être interrogé oralement.
  • Notation qui prend en compte le handicap : les fautes d'orthographe et de grammaire ne seront pas pénalisées de la même manière
  • Encouragements constants : l'échec engendre l'échec en raison de la perte de confiance qu'il génère chez les élèves, surtout du côté des enfants dys. C'est pourquoi il est important d'encourager constamment un dyslexique, de mettre en avant les progrès réalisés, etc.