La dyslexie et les bienfaits de la musique

La dyslexie et les bienfaits de la musique

La dyslexie est un trouble tellement furtif qu'il faut parfois se montrer très inventif pour le contrer. Rassurez-vous, il existe de nombreuses astuces pour la surmonter, par le jeu, les applications (voir nos articles dédiés à ces sujets). A ce titre, connaissiez-vous les bienfaits de la musique sur la dyslexie ? En effet, une étude vient d'établir une corrélation entre pratique de la musique et capacités de lecture.

L'éducation musicale améliore les capacités phonologiques et de lecture des dyslexiques

Les résultats de cette étude ont de quoi donner le sourire aux parents d'enfants dyslexiques. Malgré une méthodologie rigoureuse, elle a établi que certains enfants qui suivent des cours de musique pendant 6 mois sont en mesure de résorber le retard de lecture. Cela concerne plus particulièrement les enfants qui confondent les sons et qui n'ont pas ce souci visuel de distinction des lettres (b et d, notamment).

Pour certains enfants, il est difficile de faire la différence entre des phonèmes et des sons similaires, par exemple b et p, t et d. Cette différenciation de prime abord banale exige néanmoins une excellente synchronisation neuronale. Celle-ci fait défaut chez les enfants dyslexiques. Ils sont donc victimes d'un manque de précision acoustique, d'où ces confusions.

Or, il se fait que la musique permet de développer cette synchronisation neuronale. Apprendre à jouer d'un instrument permet donc d'améliorer le langage et l'audition. Des recherches antérieures avaient établi ce fait : les musiciens assidus présentent des capacités de langage au-dessus de la moyenne. Ils sont notamment particulièrement doués pour l'apprentissage des langues.

Les bienfaits de la musique sur les enfants dyslexiques.

Pour être sûrs que la pratique d'une activité de groupe n'influence pas les résultats, les chercheurs ont observé les progrès d'enfants qui ont suivi des cours de musique et d'arts plastiques. 60% de ceux qui apprenaient la musique ont progressé (jusqu'à sortir des critères de la dyslexie), contre seulement 28 % dans l'autre groupe.

Les bienfaits de la musique sur les dyslexiques étaient déjà connus, mais cette étude les confirme définitivement, selon ses auteurs, en raison de son ampleur. Bien entendu, cela ne signifie pas que le solfège remplacera les séances d'orthophonie. Mais il s'agit d'un complément très précieux. D'autant qu'apprendre la musique, c'est amusant, et qu'il s'agit d'une activité ouverte qui ne requiert aucun aménagement particulier pour l'enfant dyslexique.