Dysphasie : définition, symptômes et traitement

 

La dysphasie est un trouble de l’apprentissage qui rend difficile la compréhension et l’expression du langage oral. La dysphasie, sa définition et ses symptômes sont souvent méconnus. Cela peut avoir comme conséquence que les enfants concernés sont insuffisamment accompagnés, ou de manière inadaptée.

Dysphasie : définition

La dysphasie, c’est quoi ?

La dysphasie est un trouble spécifique du langage oral. Elle se caractérise par des difficultés à produire ou comprendre des discours oraux.

La dysphasie est durable et peut devenir très sévère et contraignante sans un suivi orthophonique.

Les composantes du langage et la dysphasie : définition

Selon les cas de dysphasie, certaines composantes du langage peuvent être affectées plus que d’autres. Les différentes composantes du langage sont :

  • la sémantique : c’est la compréhension des mots et la connaissance d’un certain lexique

  • la morphologie : c’est l’ensemble des règles de combinaison qui permet de former des mots (préfixes, suffixes, conjugaison, genre, pluriel…)

  • la phonologie : c’est l’organisation et la perception des sons du langage

  • la syntaxe : c’est l’organisation des phrases, la manière dont les mots sont organisés entre eux

  • la pragmatique : c’est la bonne utilisation de la langue et sa compréhension dans un certain contexte


Selon la personne, la dysphasie peut ainsi s’exprimer plus ou moins dans chaque composante du langage.

Comment reconnaître la dysphasie ?

Les symptômes

Reconnaître les symptômes de la dysphasie est le premier pas vers une prise en charge adaptée. Cela ne suffit pas à poser un diagnostic, mais la présence de plusieurs de ces symptômes est une première étape dans l’identification de la dysphasie :

  • Difficultés à trouver ses mots, à structurer son discours

  • Difficultés de compréhension des autres à l’oral

  • Chez l’enfant, un discours en phrases très courtes, style télégraphique

  • Chez l’enfant, des phrases peu claires, peu compréhensibles

  • L’enfant ne comprend pas des phrases simples

  • Il est peu communicatif, pose peu de questions


La dysphasie peut également se cumuler à d'autres troubles DYS, comme la dyslexie, la dyspraxie, etc.

Les spécificités de la dysphasie

La dysphasie doit être distinguée d’autres troubles semblables, comme la dyspraxie. En effet, la dyspraxie gêne les mouvements volontaires et peut donc également mener à des difficultés d’expression en empêchant une articulation claire. La dysphasie, elle, est un trouble “primaire” du langage. Cela signifie qu’elle n’est pas dûe à un trouble de la communication, à une malformation ou à un déficit intellectuel. Elle est issue directement d’un dysfonctionnement des parties du cerveau spécifiquement liées au langage.

Comment accompagner la personne dysphasique ?

Diagnostic et traitement

Comme pour tous les troubles, il est important de ne pas auto-diagnostiquer. Le diagnostic peut être posé par les orthophonistes, les neuropsychologues ou les pédopsychiatres, et ce, dès l’âge de 5 ans. Avant cet âge, il est encore trop tôt pour déterminer qu’il n’y a pas d’autre cause de retard. Le diagnostic est posé après plusieurs évaluations et bilans par des spécialistes dans un cabinet.

Comme beaucoup de troubles DYS, la dysphasie peut être faire l’objet d’une rééducation orthophonique intensive et de longue durée.  Il n’y a pas de “guérison” de la dysphasie, mais on peut apprendre à l'enfant à compenser ses difficultés et rattraper une partie de son retard scolaire.

Comment aider une personne dysphasique ?

L’enfant dysphasique peut facilement se démotiver face aux difficultés qu’il doit affronter. Ça ne sert à rien de constamment lui rappeler ses erreurs et d’en être frustré, et c’est même souvent contre-productif. En tant que parent, montrer sa propre motivation et son intérêt dans les cours et la vie d’école de son enfant peut l’aider à se motiver lui-même.

Il est donc important de rester patient avec un enfant dysphasique. Lors des devoirs et les révisions, celui-ci ne sera pas toujours conscient de ce qu’il a mal compris. Il peut ainsi être plus productif de lui demander ce qu’il a compris plutôt que ce qu’il n’a pas compris. De plus, travailler avec des supports visuels et des exemples concrets est souvent une méthode efficace. Enfin, utiliser un langage simple avec des phrases courtes permettra une meilleure compréhension des consignes par l’enfant.

Le plus important est de rester patient et ne pas se frustrer avec un enfant dysphasique. C’est en acceptant ses difficultés et en travaillant avec elles, et non en luttant contre, que l’enfant arrivera à progresser et mieux vivre avec sa situation.

Dysphasie : définition, symptômes et traitement

Dysphasie : définition, symptômes et traitement

 

La dysphasie est un trouble de l’apprentissage qui rend difficile la compréhension et l’expression du langage oral. La dysphasie, sa définition et ses symptômes sont souvent méconnus. Cela peut avoir comme conséquence que les enfants concernés sont insuffisamment accompagnés, ou de manière inadaptée.

Dysphasie : définition

La dysphasie, c’est quoi ?

La dysphasie est un trouble spécifique du langage oral. Elle se caractérise par des difficultés à produire ou comprendre des discours oraux.

La dysphasie est durable et peut devenir très sévère et contraignante sans un suivi orthophonique.

Les composantes du langage et la dysphasie : définition

Selon les cas de dysphasie, certaines composantes du langage peuvent être affectées plus que d’autres. Les différentes composantes du langage sont :

  • la sémantique : c’est la compréhension des mots et la connaissance d’un certain lexique

  • la morphologie : c’est l’ensemble des règles de combinaison qui permet de former des mots (préfixes, suffixes, conjugaison, genre, pluriel…)

  • la phonologie : c’est l’organisation et la perception des sons du langage

  • la syntaxe : c’est l’organisation des phrases, la manière dont les mots sont organisés entre eux

  • la pragmatique : c’est la bonne utilisation de la langue et sa compréhension dans un certain contexte


Selon la personne, la dysphasie peut ainsi s’exprimer plus ou moins dans chaque composante du langage.

Comment reconnaître la dysphasie ?

Les symptômes

Reconnaître les symptômes de la dysphasie est le premier pas vers une prise en charge adaptée. Cela ne suffit pas à poser un diagnostic, mais la présence de plusieurs de ces symptômes est une première étape dans l’identification de la dysphasie :

  • Difficultés à trouver ses mots, à structurer son discours

  • Difficultés de compréhension des autres à l’oral

  • Chez l’enfant, un discours en phrases très courtes, style télégraphique

  • Chez l’enfant, des phrases peu claires, peu compréhensibles

  • L’enfant ne comprend pas des phrases simples

  • Il est peu communicatif, pose peu de questions


La dysphasie peut également se cumuler à d'autres troubles DYS, comme la dyslexie, la dyspraxie, etc.

Les spécificités de la dysphasie

La dysphasie doit être distinguée d’autres troubles semblables, comme la dyspraxie. En effet, la dyspraxie gêne les mouvements volontaires et peut donc également mener à des difficultés d’expression en empêchant une articulation claire. La dysphasie, elle, est un trouble “primaire” du langage. Cela signifie qu’elle n’est pas dûe à un trouble de la communication, à une malformation ou à un déficit intellectuel. Elle est issue directement d’un dysfonctionnement des parties du cerveau spécifiquement liées au langage.

Comment accompagner la personne dysphasique ?

Diagnostic et traitement

Comme pour tous les troubles, il est important de ne pas auto-diagnostiquer. Le diagnostic peut être posé par les orthophonistes, les neuropsychologues ou les pédopsychiatres, et ce, dès l’âge de 5 ans. Avant cet âge, il est encore trop tôt pour déterminer qu’il n’y a pas d’autre cause de retard. Le diagnostic est posé après plusieurs évaluations et bilans par des spécialistes dans un cabinet.

Comme beaucoup de troubles DYS, la dysphasie peut être faire l’objet d’une rééducation orthophonique intensive et de longue durée.  Il n’y a pas de “guérison” de la dysphasie, mais on peut apprendre à l'enfant à compenser ses difficultés et rattraper une partie de son retard scolaire.

Comment aider une personne dysphasique ?

L’enfant dysphasique peut facilement se démotiver face aux difficultés qu’il doit affronter. Ça ne sert à rien de constamment lui rappeler ses erreurs et d’en être frustré, et c’est même souvent contre-productif. En tant que parent, montrer sa propre motivation et son intérêt dans les cours et la vie d’école de son enfant peut l’aider à se motiver lui-même.

Il est donc important de rester patient avec un enfant dysphasique. Lors des devoirs et les révisions, celui-ci ne sera pas toujours conscient de ce qu’il a mal compris. Il peut ainsi être plus productif de lui demander ce qu’il a compris plutôt que ce qu’il n’a pas compris. De plus, travailler avec des supports visuels et des exemples concrets est souvent une méthode efficace. Enfin, utiliser un langage simple avec des phrases courtes permettra une meilleure compréhension des consignes par l’enfant.

Le plus important est de rester patient et ne pas se frustrer avec un enfant dysphasique. C’est en acceptant ses difficultés et en travaillant avec elles, et non en luttant contre, que l’enfant arrivera à progresser et mieux vivre avec sa situation.


Articles en relation