Lexilife - La note du Conseil Scientifique de l’Éducation Nationale

Lexilife - La note du Conseil Scientifique de l’Éducation Nationale

Le Conseil Scientifique de l'Éducation Nationale a partagé très récemment une note sur la thématique suivante “Les lampes et lunettes conçues pour les enfants dyslexiques : que dit la recherche ?” faisant référence, entre autres, à la lampe Lexilight. Certains d’entre vous posent des questions, à juste titre, au sujet de cette note. Dans cet article nous vous partageons notre position vis-à-vis de celle-ci.

Un peu de contexte sur Lexilife 

Incubée au sein de la société Thomas Watt et fondée en 2018, Lexilife a créé Lexilight : la première lampe d’aide à la lecture pour les personnes dyslexiques.

Tout commence en 2017 avec la découverte de deux chercheurs rennais, Guy Ropars et Albert Le Floch, publiée dans la revue scientifique The Royal Society, qui a permis de mettre en avant une hypothèse : dans une grande partie des cas, les personnes dyslexiques ont deux yeux dominants. Cette double dominance peut troubler le cerveau lors de la lecture qui a tendance à superposer une image miroir. Les chercheurs à l'origine de cette découverte ont d'ailleurs été primés en 2020 par l’éminent prix Raymonde Destreicher décerné par l’Académie Nationale de Médecine.

Lexilife a intégré dans la lampe Lexilight une technologie innovante basée sur une lumière pulsée et modulée, améliorant la lecture pour près de 90% des personnes dyslexiques en effaçant cette image miroir. Les utilisateurs ont en effet constaté une amélioration rapide dans la lecture et ont indiqué avoir retrouvé le plaisir de lire.

Le souhait le plus sincère de Lexilife est d’aider les familles touchées par la dyslexie à trouver des solutions pour améliorer le quotidien de leur(s) proche(s) dyslexique(s) grâce à la lampe Lexilight mais également grâce à un accompagnement régulier via des évènements sur des thématiques telles que : “Comment vivre sa dyslexie de façon positive ?”, “Comment bien constituer son dossier MDPH ?” ou à des supports que nous mettons à disposition gratuitement sur notre site internet ainsi que sur nos réseaux sociaux comme notre guide pour faire aimer la lecture à son enfant dyslexique.

Que dit cette note ?

De façon générale, le Conseil Scientifique parle de manque de preuves scientifiques permettant de déterminer si les bienfaits annoncés pour les dyslexiques sont réels.

Concernant les lampes et les lunettes inspirées par cette hypothèse, elles n’ont pas fait l’objet d’études rigoureuses établissant leur efficacité. A notre connaissance, seuls de très rares cas isolés de facilitation de la lecture par un éclairage stroboscopique ont été décrits dans la littérature scientifique.” Source : note du conseil scientifique de l’éducation nationale 

S'il est vrai que la littérature scientifique n'est pas prolifique à ce sujet, nous validons notre technologie par des tiers de confiance. Avant la commercialisation, près de 100 testeurs dyslexiques se sont rendus dans nos locaux. Nous avons pu constater une amélioration de lecture pour 87% d’entre eux. En parallèle, pendant un an et toujours avant la commercialisation, nous avons testé la lampe sur un panel de 500 utilisateurs et avons pris en compte leurs retours pour proposer la nouvelle version de la lampe Lexilight commercialisée aujourd’hui.

À noter : “Néanmoins, les recherches sur les déficits visuels ou neuro-visuels potentiels dans certains cas de dyslexie, et sur l’efficacité des méthodes pour les traiter, restent légitimes et souhaitables. Elles doivent s’effectuer dans le cadre de protocoles scientifiques rigoureux, en accord avec les recommandations du récent rapport du CSEN sur la recherche translationnelle à l’éducation nationale.” Source : note du conseil scientifique de l’éducation nationale

Notre travail assidu avec des tiers de confiance

Nous souhaitons faire des études plus poussées. Des pistes sont en cours de notre côté pour travailler avec des scientifiques reconnus du milieu pour lever les doutes qui peuvent planer sur notre technologie aujourd’hui. Ils réfléchissent actuellement aux meilleurs tests neuropsychologiques à implémenter.

Ceci ne relève pas d’une preuve scientifique mais n’hésitez pas à aller voir le témoignage de personnes dyslexiques ayant testé la lampe Lexilight. 

Voir les témoignages

Les professionnels de santé

Nous avons conscience qu’il est primordial de s’entourer de professionnels de santé pour qu’ils puissent nous partager leur expertise et nous faire un retour détaillé sur les effets de la lampe Lexilight.

Depuis 2020, 74 professionnels de santé (majoritairement des orthophonistes mais aussi des ergothérapeutes) travaillent avec nous pour faire avancer la science et contribuer à améliorer le quotidien de nombreuses personnes dyslexiques. Nous en profitons pour dire un grand merci à ses professionnels de santé qui veulent faire avancer la science.

Quelques témoignages de professionnels : 

Aujourd’hui, la lampe Lexilight est pour moi un magnifique moyen de rendre le sourire à des enfants complètement perdus et dévalorisés sur le plan scolaire au quotidien. Le sourire des patients, mais aussi l’espoir retrouvé des parents pour l’avenir de leurs enfants. 

J’utilise la lampe suite à la passation d’un bilan orthophonique complet (langage écrit et langage oral), s’orientant vers une dyslexie. Je constate rapidement une accélération du décodage, moins de saccades et une évidente compréhension écrite nullement présente lors de la lecture sans la lampe. Voici le témoignage d’un patient âgé de 9 ans : « Sans la lampe, je confonds les mots et avec, je ne les confonds pas ». La lampe a permis à mes patients dyslexiques d’acquérir une lecture plus fluide, mais aussi de trouver un intérêt, voire un plaisir à décoder. L’exercice, habituellement très coûteux et dévalorisant est devenu plus simple et riche, la lecture prend sens... Un collégien, diagnostiqué dyslexique m’a dit lors de sa première lecture avec la lampe : « Mais en fait, je sais lire ! » Une autre patiente de CM1 m’a exprimé son ressenti comme ceci : « Quand je lis sans la lampe, les lettres voyagent sur la feuille et, quand je mets la lampe, elles ne bougent plus ». 

Une fois que l’on possède la lampe Lexilight dans son cabinet, on possède une possibilité supplémentaire d’aider un enfant en souffrance. La rééducation se réalise avec la lampe, qui facilite grandement l’accès à la sémantique car la vitesse de décodage est accélérée. Certains perçoivent mieux la ponctuation et son utilité. Ils se surprennent alors à utiliser diverses intonations adaptées. En effet, la lecture monotone s’estompe et la prosodie s’installe. Les enfants se découvrent des capacités qu’ils ont toujours pensées inexistantes. 

Mes patients dyslexiques ont acheté la lampe qui les accompagne en améliorant leur quotidien. Lorsque des parents vous expriment que la lampe Lexilight a changé la vie de leurs enfants, vous êtes heureuse d’avoir pu contribuer à ce bonheur. 

Témoignage de V. H., orthophoniste dans les Ardennes 

J’ai proposé la lampe Lexilight en séance à plusieurs patients souffrant de confusions visuelles dans un contexte de trouble des apprentissages ou de troubles neurovisuels avérés. 

Très rapidement les enfants ont été séduits par l’idée d’utiliser la lampe lors des exercices de lecture ou d’entraînement visuel. Plusieurs enfants se sentaient plus à l’aise avec l’aide de la lampe et gagnaient en rapidité de décodage en lecture. 

La lampe Lexilight est un outil intéressant en complément d’un suivi paramédical adapté selon les troubles de l’enfant. Il faut être à l’écoute des enfants qui manifestent souvent un plus grand confort pour les exercices proposés avec la lampe. 

La lampe Lexilight ne convient pas à tous les enfants, mais il ne faut pas hésiter à la proposer aux patients qui semblent avoir des problèmes de traitement de l’information visuelle (confusions de lettres, sauts de lignes, grande fatigabilité)."

Témoignage d’A. D., logopède basée en Belgique

Le département de la Seine-Saint-Denis 

Pour que la lampe soit accessible au plus grand nombre, nous travaillons également actuellement avec l'Éducation Nationale au travers des collectivités territoriales comme dernièrement avec le département de la Seine-Saint-Denis. 

En effet, afin d’aider les collégien.ne.s dyslexiques, une expérimentation est en cours dans 10 collèges de Seine-Saint-Denis qui ont reçu chacun 5 lampes. Les professeur.e.s concerné.e.s ont été formé.e.s à l’utilisation des lampes par les équipes de Lexilife, en partenariat avec l’Atelier Canopé du 93. Des lampes sont d’ailleurs disponibles en prêt dans cet atelier pour tout professeur abonné au Réseau Canopé !

Le réseau Canopé 

Pour permettre aux professeurs de tester gratuitement et facilement la lampe Lexilight avec leurs élèves, 200 lampes Lexilight sont disponibles en prêt dans 8 ateliers du Réseau Canopé, en Île-de-France ! Un partenariat qui nous permet également d'avoir des retours des professeurs sur l’utilisation de la lampe en classe et faire avancer la recherche, via des questionnaires co-créés par le Réseau Canopé et Lexilife.


Articles en relation