Qu’est-ce qu’est la dyspraxie visuo-spatiale ?

Le mot “dyspraxie” est composé de “dys” qui signifie “difficile”, et de “praxie” qui signifie “mouvements coordonnés dans le but d’effectuer une action”. La dyspraxie est donc un trouble de la réalisation des gestes, de l’apprentissage à la réalisation. Cela signifie qu’une personne dyspraxique aura du mal à automatiser ses gestes, qui lui demanderont un effort de concentration constant et important, même après de nombreuses répétitions. Ses gestes manqueront de coordination et ne seront pas précis.

Il existe cinq types de dyspraxie :

  • Visuo-spatiale ;
  • Constructive ;
  • Idéatoire ;
  • Idéo-motrice ;
  • Oro-faciale.

Dans cet article, nous allons nous pencher sur le type de dyspraxie la plus commune, la dyspraxie visuo-spatiale.

Qu’est-ce que la dyspraxie visuo-spatiale ?

La dyspraxie visuo-spatiale est une forme de dyspraxie où le regard entre en jeu. En plus d’une difficulté de coordination entre les membres et le cerveau, il y a une difficulté de coordination avec le regard. 

Les yeux d’une personne atteinte de dyspraxie visuo-spatiale auront donc tendance à ne pas se poser là où ils le devraient. Elle aura aussi du mal à suivre un objet des yeux, ce qui est problématique lors de la lecture, mais aussi de l’écriture.

Ce type de dyspraxie aura aussi un impact sur la capacité de l’enfant à se représenter dans l’espace : il aura à visualiser où sont les objets les uns par rapport aux autres, mais aussi à jauger l’emplacement des membres de son corps.

Comment détecter la dyspraxie visuo-spatiale ? Quels sont les symptômes ?

Plusieurs signes peuvent alerter et aiguiller vers une dyspraxie visuo-spatiale :

  • Difficulté à nouer ses lacets ;
  • Fait régulièrement tomber des choses ;
  • Peu d’équilibre ;
  • Lecture hachée, alors qu’il n’y avait pas de difficulté lors de l’apprentissage ;
  • Difficulté à se repérer dans le temps et l’espace ;
  • Problème de calcul mental ;
  • Etc.

Il est aussi courant de cumuler plusieurs dyspraxies, ainsi que plusieurs troubles DYS (dyslexie, dyscalculie, dysorthographie, etc.).

Est-ce que la dyspraxie se soigne ?

La dyspraxie visuo-spatiale, et a fortiori tous les troubles DYS, ne se soignent pas. 

Néanmoins, grâce à une rééducation et d’une adaptation des méthodes d’apprentissage, l’enfant pourra apprendre à vivre avec son trouble et à le compenser. Il est aussi à noter que les difficultés vont s’atténuer avec l’âge de l’enfant.

Comment diagnostiquer la dyspraxie visuo-spatiale ? À qui s’adresser ?

Les parents, comme les enseignants, sont les premières personnes qui vont pouvoir repérer les difficultés de l’enfant et à les faire remonter au médecin scolaire, au pédiatre ou au médecin généraliste suivant l’enfant. Ces derniers, indiqueront alors aux parents auprès de quels professionnels de la santé se rapprocher afin de réaliser un ou plusieurs bilan(s).

La première étape est un bilan neuropsychologique pour étudier le système nerveux de l’enfant, sa mémoire, ses fonctions cérébrales, éventuellement écarter une surdité ou un dysfonctionnement moteur, etc. 

En fonction de ces conclusions, quatre bilans complémentaires pourront être préconisés pour une prise en charge adaptée :

  • Bilan ergothérapique, pour évaluer et proposer des adaptations en cas de handicap moteur ou psychomoteur ;
  • Bilan ophtalmologique, pour obtenir une mesure objective de la vue et des solutions de compensation ;
  • Bilan orthophonique, pour évaluer le langage écrit et oral, nous en détaillons le contenu dans cet article ;
  • Bilan pédopsychiatrique, pour détecter d’éventuels troubles psychologiques ou un désordre émotionnel.

Tous ces bilans pourront ensuite servir à mettre en place un PAP scolaire (Plan d’Accompagnement Personnalisé) et aider à la constitution d’un dossier auprès de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) afin d’obtenir des aides matérielles ou humaines pour l’enfant.

​​Si vous souhaitez en savoir plus sur comment et pourquoi constituer un dossier MDPH, vous pouvez accéder à un guide gratuit et complet en cliquant sur le bouton ci-dessous 

Accéder au guide

Qu’est-ce qu’est la dyspraxie visuo-spatiale ?

Qu’est-ce qu’est la dyspraxie visuo-spatiale ?

Le mot “dyspraxie” est composé de “dys” qui signifie “difficile”, et de “praxie” qui signifie “mouvements coordonnés dans le but d’effectuer une action”. La dyspraxie est donc un trouble de la réalisation des gestes, de l’apprentissage à la réalisation. Cela signifie qu’une personne dyspraxique aura du mal à automatiser ses gestes, qui lui demanderont un effort de concentration constant et important, même après de nombreuses répétitions. Ses gestes manqueront de coordination et ne seront pas précis.

Il existe cinq types de dyspraxie :

  • Visuo-spatiale ;
  • Constructive ;
  • Idéatoire ;
  • Idéo-motrice ;
  • Oro-faciale.

Dans cet article, nous allons nous pencher sur le type de dyspraxie la plus commune, la dyspraxie visuo-spatiale.

Qu’est-ce que la dyspraxie visuo-spatiale ?

La dyspraxie visuo-spatiale est une forme de dyspraxie où le regard entre en jeu. En plus d’une difficulté de coordination entre les membres et le cerveau, il y a une difficulté de coordination avec le regard. 

Les yeux d’une personne atteinte de dyspraxie visuo-spatiale auront donc tendance à ne pas se poser là où ils le devraient. Elle aura aussi du mal à suivre un objet des yeux, ce qui est problématique lors de la lecture, mais aussi de l’écriture.

Ce type de dyspraxie aura aussi un impact sur la capacité de l’enfant à se représenter dans l’espace : il aura à visualiser où sont les objets les uns par rapport aux autres, mais aussi à jauger l’emplacement des membres de son corps.

Comment détecter la dyspraxie visuo-spatiale ? Quels sont les symptômes ?

Plusieurs signes peuvent alerter et aiguiller vers une dyspraxie visuo-spatiale :

  • Difficulté à nouer ses lacets ;
  • Fait régulièrement tomber des choses ;
  • Peu d’équilibre ;
  • Lecture hachée, alors qu’il n’y avait pas de difficulté lors de l’apprentissage ;
  • Difficulté à se repérer dans le temps et l’espace ;
  • Problème de calcul mental ;
  • Etc.

Il est aussi courant de cumuler plusieurs dyspraxies, ainsi que plusieurs troubles DYS (dyslexie, dyscalculie, dysorthographie, etc.).

Est-ce que la dyspraxie se soigne ?

La dyspraxie visuo-spatiale, et a fortiori tous les troubles DYS, ne se soignent pas. 

Néanmoins, grâce à une rééducation et d’une adaptation des méthodes d’apprentissage, l’enfant pourra apprendre à vivre avec son trouble et à le compenser. Il est aussi à noter que les difficultés vont s’atténuer avec l’âge de l’enfant.

Comment diagnostiquer la dyspraxie visuo-spatiale ? À qui s’adresser ?

Les parents, comme les enseignants, sont les premières personnes qui vont pouvoir repérer les difficultés de l’enfant et à les faire remonter au médecin scolaire, au pédiatre ou au médecin généraliste suivant l’enfant. Ces derniers, indiqueront alors aux parents auprès de quels professionnels de la santé se rapprocher afin de réaliser un ou plusieurs bilan(s).

La première étape est un bilan neuropsychologique pour étudier le système nerveux de l’enfant, sa mémoire, ses fonctions cérébrales, éventuellement écarter une surdité ou un dysfonctionnement moteur, etc. 

En fonction de ces conclusions, quatre bilans complémentaires pourront être préconisés pour une prise en charge adaptée :

  • Bilan ergothérapique, pour évaluer et proposer des adaptations en cas de handicap moteur ou psychomoteur ;
  • Bilan ophtalmologique, pour obtenir une mesure objective de la vue et des solutions de compensation ;
  • Bilan orthophonique, pour évaluer le langage écrit et oral, nous en détaillons le contenu dans cet article ;
  • Bilan pédopsychiatrique, pour détecter d’éventuels troubles psychologiques ou un désordre émotionnel.

Tous ces bilans pourront ensuite servir à mettre en place un PAP scolaire (Plan d’Accompagnement Personnalisé) et aider à la constitution d’un dossier auprès de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) afin d’obtenir des aides matérielles ou humaines pour l’enfant.

​​Si vous souhaitez en savoir plus sur comment et pourquoi constituer un dossier MDPH, vous pouvez accéder à un guide gratuit et complet en cliquant sur le bouton ci-dessous 

Accéder au guide


Articles en relation